Le hockey sur glace en France

0

Sport méconnu dans l’Hexagone, le hockey sur glace arrive pourtant à réunir plus de 20.000 joueurs amateurs ou professionnels à travers le pays. Même si cette pratique n’attire pas les foules en France, elle reste néanmoins l’un des sports les plus regardés autour du monde, avec plus d’un milliard de spectateurs directs ou via la télévision recensés pour le dernier championnat en 2017.

Le hockey sur glace

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le hockey n’est pas un sport récent. On retrouve en effet des traces de statues anciennes datant de l’Antiquité, représentant des personnes en train d’y jouer, avec des éléments et du matériel plus archaïque.

Et même s’il s’agit des traces les plus vieilles que l’on a trouvées, on considère généralement que la simplicité de cette activité l’a rendu populaire peut-être même bien avant.

Bien qu’il soit plébiscité surtout outre-atlantique, le hockey n’en demeure pas moins européen dans on origine. Il n’a en effet été qu’importé en Amérique avec la venue et l’installation des premiers colons venus d’Europe. D’ailleurs, même si c’est le hockey sur glace qui a réussi à devenir le plus connu, d’autres sports similaires comme la crosse française, le hockey sur gazon ou l’hurling irlandais persistent encore aujourd’hui dans de nombreux pays.

Aujourd’hui, de par sa popularité croissante et formellement établie, on considère que le bastion principal du hockey dans le monde est le Canada, dans des villes comme Windsor ou Halifax, même si le sport en lui-même fut créé à Montréal.

Le hockey français

En France, le hockey sur glace se rassemble autour de la Ligue Magnus, l’équivalent de la Ligue 1 pour le foot. Les meilleures équipes ont longtemps été situés dans les Alpes, conséquence directe de l’hégémonie du hockey dans des milieux froids et montagneux.

Cependant, la tendance se démocratise et se tourne de plus en plus vers des métropoles et des villes de tout le pays.

C’est notamment le cas avec l’équipe de Bordeaux, les Boxer de Bordeaux, qui font des ravages et évoluent à une vitesse fulgurante.

En termes de spectateurs, la ligue française reste malheureusement assez basse et se classe parmi les sports les moins vus. Néanmoins, un changement a lieu depuis quelques années et on observe une nette progression du nombre d’intéressés. Le hockey séduit de plus en plus et il est, de ce fait, de plus en plus suivi, notamment grâce à l’essor et l’influence des réseaux sociaux, qui permettent de promouvoir l’activité et faire en sorte que les adeptes échangent et fassent connaître leur sport favori.

De plus, avec l’américanisation, le hockey entre de plus en plus dans la culture populaire et pourrait, éventuellement, devenir un jour un véritable sport national.

La place de la France dans le monde

 

Bien que la France soit une nation fortement compétitive, elle a affaire à bien plus fort qu’elle sur ce point-là. Avec des pays à l’expérience et aux compétences quasi-millénaires comme la Russie ou le Canada qui participent lors des rencontres internationales, il est difficile de se faire une place de premier ordre.

La Suède est aussi un adversaire coriace et développe son hockey sur glace depuis désormais plusieurs décennies.

En somme, il est très compliqué pour la France de se placer convenablement lors des tournois internationaux. Les équipes qu’elle affronte et qu’elle peut affronter jouissent généralement d’une forte popularité au sein de leur nation d’origine et ont, de ce fait, des moyens plus conséquents à leur disposition pour progresser.

Chez nous, le hockey peine pourtant encore à se faire un nom et, même s’il est beaucoup suivi lors des Jeux Olympiques, il retombe généralement dans le silence quelque temps après.

L’Hexagone se place néanmoins courageusement parmi les plus grands de la planète : l’équipe nationale a parfois rivalisé avec les meilleurs pays aux milliers de victoires comme le Canada.

En 2017, lors du tournoi du monde, la France a raté de peu la 8e place qui lui aurait permis de se classer dans les glorieuses quarts de finale. C’est une défaite mais aussi une victoire, qui permettra de se surpasser pour les prochaines fois et d’espérer, pourquoi pas, être un jour champion du monde.

Commentez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.